Sahifa fully responsive WordPress News, Magazine, Newspaper, and blog ThemeForest one of the most versatile website themes in the world.

ÉDITORIAL: Pandémie du Covid-19: le lourd tribut payé par l’éducation

Depuis le début de cette année, le monde fait face à une redoutable crise : la pandémie du COVID-19. Pour contenir la crise, le mot d’ordre de la plupart des dirigeants mondiaux est : « Restez chez vous ! ». De fait, 185 pays ou gouvernements du monde ont temporairement fermé des établissements et centres d’éducation-formation des enfants, des jeunes et des adultes. Cette situation entraîne des coûts sociaux et économiques énormes.

Sur la population totale des élèves inscrits dans le système éducatif au niveau mondial, l’UNESCO estime que plus de 89 % sont actuellement déscolarisés du fait des fermetures d’écoles liées au COVID-19. Cela représente 1,54 milliard d’enfants et de jeunes inscrits à l’école ou à l’université. Les conséquences  sont incalculables. Elles ont entre autres pour noms :

  • interruption de l’apprentissage : la fermeture des écoles prive les apprenants, surtout les enfants et les jeunes défavorisés, des possibilités de développement et de perfectionnement;
  • risques de décrochage scolaire : il est très difficile, surtout pour les fermetures prolongées, de faire en sorte que les enfants et les jeunes reviennent à l’école et qu’ils y restent lorsque les établissements scolaires rouvrent;
  • augmentation des discriminations et violences faites aux filles et aux femmes : Dans les contextes d’extrême pauvreté, de vulnérabilité économique et de crise comme ceux de l’Afrique de l’Ouest, les disparités de genre en matière d’éducation sont les plus importantes;
  • impacts économiques : les parents qui travaillent sont susceptibles de s’absenter pour garder leurs enfants, ce qui entraîne souvent des pertes de salaire et nuit à la productivité. Les propriétaires de kiosques, restaurants, etc. dans et aux alentours des écoles ont aussi des soucis à se faire ;
  • freins à la socialisation : le développement sociocognitif des enfants et le renforcement de la vie communautaire pour les jeunes et les adultes que favorisent la vie scolaire et l’interaction avec les autres sont retardés ou hypothéqués avec la fermeture des écoles.

Malheureusement, le faible plateau technologique de nos pays et l’inégalité d’accès aux portails d’apprentissage numérique constituent de sérieux obstacles au maintien à distance de la continuité des apprentissages et de l’environnement lettré. Dans notre contexte ouest-africain où déjà les défis de l’éducation-formation alimentent les vices sociaux, le chômage, la pauvreté et les menaces sécuritaires, il est à craindre qu’après le COVID-19 nos pays aient reculé de plusieurs années. Tout le monde compte les morts par le fait du COVID-19. Mais il faut déjà pour les Etats envisager les plans post-COVID-19 pour la relance du secteur de l’éducation, dans toute sa globalité.

Josué SOSSOU.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *